Repositionnement au sein du Mnla: Un député RPM nommé conseiller spécial de Bilal Ag Achérif

L’honorable Oumar Sididjè Traoré alias Gaucher a été promu, en milieu de semaine dernière, au poste de conseiller spécial du président du bureau exécutif du Mouvement national de libération de l’Azawad. Des Maliens crient à l’incongruité.

C’est un communiqué signé du président du Mnla en date du 4 avril qui en a fait l’annonce. Oumar Sididjè Traoré, député RPM élu à Goundam (région de Tombouctou), a été nommé au poste de conseiller spécial du président du bureau exécutif dudit mouvement armé, en l’occurrence Bilal Ag Achérif. Cette nomination intervient dans un contexte où la question du Mnla divise au sein du Congrès pour la justice de l’Azawad (CJA).

En effet, dans un communiqué en date du 31 mars dernier à Bamako, l’honorable Oumar Traoré, alors vice-président  du Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA), a annoncé la dissolution de l’ensemble des forces politiques, sociales et militaires de son mouvement, mais aussi de leur adhésion au Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla). Mieux, le communiqué avait précisé que cette décision d’autodissolution avait été prise à l’unanimité, dans le but de faciliter la mise en œuvre inclusive, juste et intégrale de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger.

Quelques jours plus tard, le communiqué du député de Goundam sera catégoriquement démenti par le bureau central du CJA, par la voix de son président, en l’occurrence Azarock Ag Inaborchad. Dans son communiqué, le président du CJA a en effet rappelé que l’idée de rejoindre le Mnla, bien qu’ayant été évoquée, n’avait jamais été approuvée au sein du CJA. Toute chose qui avait d’ailleurs amené le Colonel Abass à quitter le navire pour celui du Mnla. Ce dernier avait même été exclu du CJA en même temps que le député Oumar Sididjè Traoré, si l’on en croit Azarock Ag Inaborchad.

Au regard de tout ce qui précède, des observateurs du processus de paix au Mali viennent à la conclusion que le ralliement du Mnla vaut aujourd’hui au député de Goundam sa nomination au poste qui vient de lui être attribué au sein de l’ex-mouvement séparatiste du nord. En tout cas, l’annonce de cette nomination nouvelle relance encore une fois le débat sur le fait que certains des partis politiques se plaisent dans cette incongruité, celle de voir siéger des responsables de mouvements armés en leur sein. Sur les réseaux sociaux, des Maliens ont ainsi exprimé leur indignation qu’un élu d’un parti aussi sérieux comme le RPM soit promis, sans la moindre conséquence, à un poste de responsabilité aussi élevé au sein d’un mouvement qui s’est récemment battu pour la séparation du pays. «Allah Akbar […]. L’Azawad qui lutte nuit et jour pour la division de ce beau pays. L’Azawad qui empêche le Mali d’installer son autorité à Kidal. C’est un cadre du RPM qui est désormais le conseiller spécial de leur président. Franchement le ridicule ne tue plus au Mali…», dénonce un internaute. Le cas du député de Goundam est toutefois loin d’être isolé.

Membre fondateur du CJA, Oumar Sididjè est, faut-il le rappeler, un transfuge de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) qui a rejoint le Rassemblement pour le Mali (parti au pouvoir) après les législatives de 2013.

Bakary SOGODOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *