Représentation de la diaspora à l’Assemblée Nationale : Habib Sylla déniche enfin le morceau du puzzle !

Les représentants des Maliens de l’extérieur pourront bel et bien siéger à l’Assemblée nationale à l’issue des élections législatives de novembre et de décembre prochain. Et cela sans qu’il ne soit nécessaire de procéder à une quelconque révision constitutionnelle. Selon le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (Hcme), Habib Sylla, une simple relecture de deux lois organiques suffirait pour concrétiser son vœu de représenter les Maliens de l’extérieur à l’Assemblée nationale. L’information a été donnée à la presse lors de la cérémonie de représentation du mémorandum adressé à cet effetau Gouvernement et à l’Assemblée nationale du Mali.
C’est un président très motivé et inspiré à profusion du fait d’avoir trouvé enfin la clé à faire sauter le verrou qui tige les portes de l’Assemblée nationale du Mali aux Maliens de l’extérieur que les journalistes ont rencontré le jeudi 4 octobre 2018, dans la salle de conférence du nouveau siège du Hcme. Au menu de la rencontre, il y avait le mémorandum adressé au Gouvernement du Mali sur la représentation des Maliens de l’extérieur à l’Assemblée nationale. Selon le président du HCME, Habib Sylla, ce document lève le blocage de la participation des Maliens de l’extérieur aux élections législatives prochaines sans passer par la révision constitutionnelle. « Dans ce document nous attirons l’attention des autorités maliennes sur le fait que la simple relecture de deux lois organiques suffirait pour rendre possible la représentation des Maliens de l’extérieur à l’Assemblée nationale à partir des élections législatives prochaines sans qu’il soit nécessaire de procéder à une révision de la constitution », informe le président du Hcme.
En effet, l’article 63 de la constitution du 25 février 1992 dispose ainsi qu’il suit: « -une loi organique fixe le nombre des membres de l’Assemblée nationale, leurs indemnités, les conditions d’éligibilité, le régime des inéligibilités et des incompatibilités.
-une loi organique détermine aussi les conditions dans lesquelles sont élues les personnes appelées à assurer, en cas de vacance de siège, le remplacement des députés jusqu’au renouvellement de l’Assemblée ». Au-delà, à en croire Habib Sylla, aucune disposition n’interdit ou n’empêche l’élection des députés élus par les Maliens établis à l’extérieur. « De ce qui précède, nous estimons que la relecture de ces lois organiques permettra la représentation des Maliens de l’extérieur à l’Assemblée nationale », estime le conférencier.
Pour rappel, le Hcme, qui se dit pacifiste, avait renoncé à toute réclamation sur ce vœu légitime suite à l’échec du projet de la révision constitutionnelle initié par le président IBK après la notification des autorités maliennes que celle-ci était la solution possible. « Après l’échec de la révision constitutionnelle, nous avions mis temporairement notre vœu dans le tiroir pour être en phase avec nos principes. A savoir : ne demander rien à l’Etat malien que ce l’on peut avoir. On ne lui demande que ce qu’il peut nous donner et dans le plus grand respect. Nous sommes une organisation disciplinée. Et je crois qu’avec la relecture de ces deux lois organiques, le problème est résolu », dit le président Habib Sylla qui estime que les 5 millions de Maliens établis à l’extérieur ne démérite pas cette faveur du pays à leur endroit.
Par ailleurs, cette rencontre avec la presse a été mise à profit par le premier responsable du Hcme pour lancer un appel à tous les Maliens de l’extérieur suite à l’humiliation qui a été infligée à la nation toute entière lors de la visite du président IBK à New York. « Nous avons été choqués au dernier degré de voir un tel comportement chez certains Maliens de l’extérieur au moment où les Maliens patriotes se battent pour faire rebondir le pays. Ce qui a été fait à New York n’était pas une offense contre la personne du président IBK, mais une offense grave contre le Mali tout entier. Je ne sais pas s’ils étaient même des Maliens. Car, le Malien de l’extérieur incarne la discipline, le respect et la défense de l’image du Mali. Alors, que les uns et les autres se ressaisissent et engagent le seul combat qui vaille la peine : celui de l’émergence du Mali », a lancé Habib Sylla.
Zeid Kéita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *