Bara Musso: Le spectre de la banqueroute?

L’entreprise Aminata Konaté serait-elle en train de mourir sous le poids de son succès, comme la plupart des sociétés maliennes ? C’est le moins que l’on puisse dire à tendre une oreille attentive aux plaintes de plus en plus récurrentes et pressantes des collaborateurs et des clients de l’entreprise. 

Créée en 2008 par Boureïma Doumbia, la société Aminata Konaté est une entreprise agro-alimentaire, titulaire de la marque Bara Musso et spécialisée dans la confection artisanale des épices. De 2008 jusqu’à une période récente, la société n’a fait que prendre du pouvoir au collet auprès des ménagères maliennes, avant de s’engager dans la conquête du marché sous-régional.  L’entreprise a-t-elle suffisamment préparé son entrée sur le marché ouest-africain ? La réponse est dubitative au regard des plaintes de plus en plus récurrentes des revendeurs des produits Bara Musso. Des boutiquiers et les vendeurs de condiments au marché sont majoritaires dans ce lot de mécontents. 

Selon Mamadou Sarré, boutiquier à Hamdallaye ACI, la société Aminata Konaté triche régulièrement les revendeurs de ses produits, notamment les sachets d’épices de poivre. “C’est du vol. C’est de la tricherie à visage découvert. Depuis quelques mois maintenant, je refuse de revendre les épices poivre de Bara Musso. Le rouleau de sachets est soit incomplet soit il y a des sachets qui sont vides. Il n’y a rien dedans”, dénonce le boutiquier revendeur des bouillons Bara Musso.

Selon MK, un distributeur des produits Bara Musso, à cause de ces rouleaux de sachets des épices de plus en plus incomplets, les distributeurs et revendeurs n’arrivent plus à vendre. “Nous rasons actuellement les murs. Nous, distributeurs, ne sommes plus motivés. Nous ne faisons que gérer les plaintes des clients qui refusent d’acheter. C’est du gâchis! Car nous vivons de notre capacité de vente. C’est en fonction de ce que nous vendons que nous sommes payés. Nous avons alerté en vain la direction de l’entreprise”, se révolte le distributeur.

Selon notre interlocuteur, cela est sans compter le que les miettes de salaires des travailleurs de l’entreprise prennent fréquemment du retard.

Alors, la question est de savoir si le succès de la société Aminata Konaté est en train de pousser ses responsables à baisser les bras. Ces fautes graves reprochées à l’entreprise sont-elles la rançon de son manque de préparation à entamer la conquête du marché sous-régional?

Affaire à suivre…

Mandé Youssoufa

Infos 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *